Comment faire face à une crise de spasmophilie ?

spasmophilie

En adoptant quelques techniques, il est plus facile de venir à bout d’une crise de spasmophilie et d’éviter des complications. La vie des personnes qui souffrent de cette pathologie est bouleversée chaque fois que les crises surviennent. Cependant, comme la spasmophilie est assimilée à d’autres maladies, il convient de comprendre ses causes, ses symptômes, ainsi que les préventions et les traitements adaptés.

Les causes d’une crise de Spasmophilie

La spasmophilie n’est pas encore définie comme étant une vraie maladie. Il s’agit d’un syndrome né d’une combinaison de divers symptômes relatifs à un état d’anxiété. Elle s’exprime par une hyperventilation engendrée par l’angoisse pathologique. Celle-ci va ensuite évoluer en un état d’hypersensibilité neuromusculaire et affective. Bien que les avis divergent sur ce sujet, les experts sont unanimes sur le fait qu’elle est causée par le stress, le surmenage, la fatigue et l’angoisse.

À part cela, une crise peut survenir chez les personnes ayant une carence en calcium et en magnésium. Elle a également tendance à se manifester lorsque la circulation des informations entre le muscle et le neurone est perturbée. Cependant, des études menées par des experts ont avancé que les crises de spasmophilie sont dues à différents facteurs. Ces derniers peuvent être d’ordre biologique, congénital, psychique et même cardio-respiratoire.

Les saisons, notamment l’automne, peuvent également être des facteurs qui favorisent les crises. En effet, à cette époque de l’année, beaucoup de personnes présentent des signes de dépression et un mal-être accru. Cette réaction anormale de l’organisme face au stress est généralement enregistrée chez les jeunes. Selon un sondage, les femmes sont plus exposées à la crise de spasmophilie par rapport aux hommes.

Identifier les symptômes de Spasmophilie

À moins que la personne diagnostiquée présente spasmophilie et symptômes, on reconnait une crise à travers divers signes. L’essoufflement et le manque d’air sont les principaux symptômes d’une crise de spasmophilie. En effet, la personne a du mal à respirer et ressent des douleurs thoraciques. Ces signaux sont accompagnés de contractures musculaires plus ou moins identiques à des crampes. Ceux-ci se traduisent par des sensations de picotements localisés au niveau des mains, des lèvres ou des plantes des pieds.

Une crise est également précédée d’une sensation de vertige ou d’étourdissement. La personne semble perdre connaissance, mais il n’en est rien, puisqu’elle demeure semi-consciente. En effet, elle entend tous les bruits aux alentours sans pour autant pouvoir les identifier visuellement.

Il s’agit d’un signe rare, mais il arrive que la personne présente des troubles digestifs et des contractions dans la gorge. Ceux-ci peuvent engendrer des envies de vomissement. Suite à une crise, l’intéressé a une sensation d’harassement et une perte d’appétit.

La compréhension des symptômes de ce syndrome vous aidera à mieux gérer les éventuelles crises de manière efficace et correcte.

Les gestes pratiques face à une crise de spasmophilie

Une crise de spasmophilie peut survenir au moment où vous vous y attendez le moins. Chaque crise se manifeste généralement en public. Il faut savoir la maîtriser au risque d’aggraver la situation. Il existe en effet des gestes à effectuer par le concerné, et l’aide de son entourage est également sollicitée.

Pour le spasmophile

Face à une crise spasmophilique, la meilleure disposition à prendre est de demeurer calme. Il ne faut jamais paniquer, tout en gardant en tête que les contractions musculaires ne sont pas mortelles. Si possible, faites à appel à quelqu’un pour vous assister. Il est préférable que vous vous installiez dans une chambre qui respire la quiétude et qui ne présente pas de danger. Évitez de rester dans la cuisine ou votre garage, car vous êtes exposé à des matériels blessants comme des couteaux ou des tournevis.

Arrivée dans une pièce calme, adonnez-vous à des exercices de respiration. En effet, celles-ci sont indispensables pour atténuer le symptôme d’hyperventilation. Essayez d’avoir le contrôle de votre respiration. Pour effectuer cette opération, inspirez de l’air jusqu’à ce que vous ressentiez que votre abdomen est rempli. Ensuite, expirez lentement afin de vider vos poumons. N’hésitez pas à répéter cette action jusqu’à ce que vous retrouviez votre calme.

Tout en faisant ces exercices, cherchez les raisons qui ont conduit à votre stress. N’hésitez pas à les partager avec la personne présente. En effet, la communication et la conversation avec autrui permettent d’évacuer votre stress. Enfin, ôtez de votre tête toute pensée négative, car cela ne fera qu’aggraver la crise.

Pour l’entourage

Si vous êtes en présence d’une personne qui fait une crise de spasmophilie, il y a des gestes à effectuer pour aider la victime.

Commencez par isoler le spasmophile dans un lieu à l’abri du bruit, des curieux et des personnes susceptibles de formuler des propos blessants. Ensuite, détournez son attention de la situation angoissante. Aidez-le à retrouver son calme. Pour cela, faite-lui comprendre qu’il est loin de tout danger. Assistez-le dans ses exercices de respiration. Portez ses mains en conque au niveau de son nez et sa bouche tout en l’invitant à respirer. Gardez cette position pendant quelques minutes. Cette technique va l’aider à ne pas suffoquer et à limiter la déperdition en gaz carbonique. Si vous maîtrisez les techniques de relaxation, comme le yoga ou la sophrologie, proposez-lui d’en faire. Invitez-le à ne pas entrer en contradiction avec lui-même.

Certes, ces différentes techniques n’enlèveront pas immédiatement ses soucis, mais elles permettent de faire baisser la tension.

Techniques préventives contre la spasmophilie

Outre la gestion du stress, les activités physiques relaxantes et le positivisme, il existe d’autres mesures préventives à adopter. La méditation, le yoga, ainsi que le Tai Chi sont des pratiques recommandées.

Les spasmophiles doivent avant tout avoir un bon sommeil. Ils doivent dormir au moins 8 heures durant la nuit et faire des siestes de 15 mn quotidiennement. Il leur est conseillé de s’hydrater à raison de 1,5 litre d’eau par jour. Ils doivent aussi faire attention à leur alimentation. Favorisez les aliments biologiques et évitez les aliments transformés, tels que les sucres raffinés et les boissons gazeuses

La consommation de produits naturels riches en calcium et en magnésium est un moyen efficace pour prévenir une crise de spasmophilie. Les produits excitants comme l’alcool, le café, le thé, le tabac ainsi que les drogues hallucinogènes sont à éviter.

En dernier lieu et non les moindres, il faut éviter les endroits ou les situations sources de stress autant que possible.

Traitement de la spasmophilie

Chaque crise spasmophilique engendre des conséquences néfastes. Par conséquent, il est judicieux de traiter cet état d’angoisse aggravé par divers moyens. Ci-après, quelques solutions pour spasmophilie et traitement.

La prise de produits médicamenteux, tels que les anxiolytiques doivent être la dernière solution à envisager. Il est préférable de favoriser les options plus douces.

L’aide d’un expert en thérapies comportementales et cognitive est une alternative à ne pas écarter. Les plantes sont réputées pour leurs différentes vertus thérapeutiques. Certaines d’entre elles comme les fleurs de Bach sont efficaces pour venir à bout d’un choc émotionnel. À mâcher directement ou en infusion, elles sauront rétablir vos nerfs. Pour pouvoir dormir facilement, n’hésitez pas à favoriser la mélisse, la valériane et la passiflore.

Il est également possible de recourir à différentes médecines douces comme l’aromathérapie qui utilise les huiles essentielles à base de Ravintsara, de lavande, du basilic, de camomille, et de marjolaine des jardins. Il y a aussi les traitements comme la synergie et la gemmothérapie.